L'histoire du rhum de République Dominicaine

C'est une eau-de-vie dont l'origine est d'Amérique du Sud, transformée à partir de la canne à sucre ou de produits issus de l'industrie sucrière. Il est consommé blanc, vieilli en fût (rhum vieux) ou épicé. Il prend alors une coloration ambrée plus ou moins foncée. En fonction des produits utilisés lors de sa préparation, il peut être appelé agricole ou industriel.

  • Rhum, de tradition française, importé à l'époque sur les ports de Bordeaux, Nantes et La Rochelle
  • Rum, de tradition anglaise, consommé par la navy
  • Ron, de tradition hispanique, plus léger


Les immigrants espagnols imposent le rhum en République Dominicaine depuis la fin du 19ème siècle. La population locale apprécient les rhums locaux de qualité, qu'ils consomment sur place. Seul 10% du rhum est exporté.


Les producteurs de l'île prennent tôt un virage vers une agriculture raisonnée. Certaines entreprises sont pionnières dans le secteur grâce à la maîtrise de son approvisionnement en canne à sucre locale ainsi que sa maitrise de la distillation. Depuis plusieurs décennies, des sociétés locales ont engagé des programmes importants visant à respecter l’environnement tout en améliorant constamment la qualité des rhums produits en République Dominicaine.

Les rhums produits dans les Caraïbes sont souples, légers, souvent sucrés.

La technique de Soléra dans l'île est très utilisée et rend la traçabilité dans l’âge des rhums plus difficile.

Trois marques, les 3 B, se partagent le marché en république dominicaine : Brugal (le plus connu), Barcelo et Bermudez (plus rare). Le plus répandu est le rhum Brugal Extra Viejo, fondé en 1888 à Puerto Plata par Andrés Brugal Montaner, le grand-père de l'actuel dirigeant. Il a tout appris à Cuba : la technique du blending, l'élaboration du sucre de canne, la fermentation...

Le rhum blanc est le plus jeune, de un à deux ans, le rhum brun est plus âgé (15 ans d'âge avec leur couleur ambre). Il est vieilli dans les tonneaux qui ont servi au fameux vin Xerez espagnol.

RETOUR EN HAUT